samedi 20 février 2016

Session 32 : un familier terrorisé

Je me nomme Rathat-Thouye, un esprit au service des magiciens. J'ai été invoqué par le terrible Mÿrrdynn qui m'a fait prendre l'apparence d'un gentil rat. Lorsque je suis arrivé, le mage et ses serviteurs humains étaient dans l'expectative. Ils avaient réussit à passer une porte en laiton avaleuse de vie et réussit à battre l'énigme de la statue d'Aristemis grâce à la sagesse de mon maître qui avait prononcé le mot "Sagesse"; un bel exemple de mise en abîme. Ils avaient évité ainsi les pièges démentiels de l'Honneur et du Devoir.

Mon Maître était face à une nouvelle énigme celle des 5 crânes qui étaient 6. Je passais d'une boule de couleur à une autre, servant de capteurs optiques et acoustiques (j'aime bien les mots en "iques"). Un coup en haut, un coup en bas, les crânes tournaient grâce à des mécanismes de folies que certains des serviteurs peu avisés du Haut Mage Mÿrrdynn avaient faillis faussés.

Puis vint le moment sombre. Celui où je fus sommé de pénétrer dans une sombre et terrifiante pièce immense, coupée par une passerelle surplombant une noirceur d'une morbidité absolue (je suis aussi dramaturge à mes heures). Au fond de cette pièce se tenait cinq driders, des créatures mi-drow mi-araignée visiblement devenues folles par cette terreur noire.

Saisi par un courage exceptionnel, je faisais demi-tour pour aller protéger mon maître en me tenant sur ses arrières.

Il s'en suivit un combat à la hauteur de mes espérances, mêlant bruit et fureur. Mais plus les blessures et les morts survenaient, plus cette choses en forme d’œuf d'ébène, grossissait, détruisait et absorbait les choses et les êtres. Il ne restait qu'un drider qui se transforma en nécrophages mais mon mage adoré grâce à sa très haute intelligence creusa magiquement un trou qui permit à deux de ses serviteurs de s'échapper de leur piège mortel. C'est là que je vis la toute puissance de Mÿrrdynn qui avait même réussit à éduquer le barbare Olaf (qui avait faillit être absorbé par l’œuf de noirceur) qui évoqua un moyen d'annihiler la Noirceur. Dans sa grande générosité, mon Mage accepta de sacrifier son sac son fond et le lança sur l’œuf d'ébène. La conjonction de deux espaces dimensionnels créa un vortex qui annihila le plus grand péril que le monde des deux pattes avait connu.

C'est beau et une larme coula sur mon museau.

Aucun commentaire: