mercredi 28 août 2019

Talsorian is back


Alors que R Talsorian Games revient sur le devant de la scène ludique avec The Witcher puis Cyberpunk Red, j'entends certains podcasteurs critiqués ces jeux à l'aune de leur culture rôliste étriquée et je lis des articles qui se plaignent de la complexité des règles (oui, parfois il faut se donner du mal et investir du temps) et de manque d'innovation des productions de la famille Pondsmith. C'est justement ce que j'aime dans les jeux qui partagent le système maison de Talsorian, l'Interlock, on se retrouve en territoire connu et éprouvé et tout cela fleure bon la nostalgie d'une certaine époque. Je suis fan depuis longtemps du le jeu Mekton et je dois avouer que je manque parfois de recul. Pour autant, même si je suis le genre de meneur de jeu qui suit tant que faire se peu le système de jeu, il m'arrive parfois de le changer avec des règles maison ou de prendre ce qu'il y a de mieux dans les changements des autres. 

C'est le cas pour les règles de Task qui proposent des seuils de réussites très élevées et donc punitifs pour les joueurs. 

J'ai donc eu envie de ressortir une variante proposée par Atomik War, un supplément à Fuzion qui part du principe que la valeur de la difficulté proposée est adaptée pour STAT+SKILL+3D6 et pas STAT+SKILL+1d10. Si on veut jouer avec 1d10 (comme c'est le cas pour Mekton, The Witcher, Cyberpunk, ...), on utilise le principe suivant :
  1. On retranche 10 à la difficulté proposée par le jeu pour créer la Base Difficulty Value
  2. On ajoute à la BDV une valeur fixe ou le résultat d'un jet de dé qui dépendent du type et nombre de dés lancés




mercredi 14 août 2019

PMTA : Entre-deux

Mairi 495



Le mois de Mairi s'écoulent lentement. Les PJ se livrent à leurs occupations favorites et font du commerce (comme revendre les objets magiques qu'ils ne souhaitent pas garder). Luvius Bullock l'administrateur de la Guilde ds Aventuriers avec qui les personnages sont en relation, insiste pour que le groupe devienne une Compagnie et prenne un nom car leur réputation commence à se propager. La vie continue et de nouvelles rumeurs se répandent à Irrlendom, la capitale du comté de Solène. Le groupe ne va pas rester les bras croisés et vivre de ses rentes aussi il est temps de trouver une nouvelle aventure. 

Quelques pistes :

Le capitaine Shama


Un homme d'une quarantaine d'année a pris ses quartiers à l'auberge du Chat Sans Queue. Il a fait passer le mot comme quoi il cherche des hommes courageux et audacieux pour une aventure grandiose et dépaysante. 

A la clé, de l'exploration, du danger mais aussi de la gloire et des richesses fabuleuses. Aux dires de tous, il est très exigeant dans ses choix et exige la présence d'un clerc. 

Il est facile à repérer : il porte un chapeau à large bord, un sabre et une cuirasse de fer.

Le sage Astenon Cagoule-bleue

Arrivé depuis six mois, Astenon Cagoule-bleue s'est installé à Irrlendom comme sage et érudit. Cet homme d'un certain âge offre ses services à ceux qui cherchent des informations dans le domaine de la magie et des anciennes légendes. 

Il est aussi preneur de nouveaux savoirs, en l’occurrence sur les conflits d'un lointain passé. La rumeur veut qu'il ait payé cher une carte qui indiquerait l'emplacement de ruines dans les montagnes à l'ouest d'Irrlendom et qui chercherait des aventuriers de bonne moralité pour les explorer.


Le noble Ymis

Le baron Ymis, un noble du comté de Lockland a contacté la guilde d'Irrlendom car il recherche une bande d'aventuriers aguerris pour une mission qui nécessite talent et discrétion, en l’occurrence, investir un lieu isolé. 

Le baron Ymis réside en ville et fréquente la cour de la comtesse Tyra vala Solene. L'homme est poli mais distant aux dires de ceux qui l'ont croisé.

vendredi 2 août 2019

Into My Odd : La collection Dekorte (1)


Sur le quai A de la gare de Bangor j'attendais mon train pour Gorham. De là, une voiture devait venir me chercher et m'emmener à mon rendez-vous avec Jonah C. Dekorte, le célèbre mécène et collectionneur d'art. Il m'avait écrit pour que je me rende à son manoir pour faire une estimation de nouvelles pièces récemment acquises et en valider l'authenticité. Je ne suis pas antiquaire ni expert en art mais je me suis dis que si un homme comme Dekorte faisait appel à historien spécialisé comme moi c'est qu'il avait d'excellentes raisons. Cela justifiait de longues heures de train dans la chaleur estivale de 1921. Et puis, je dois l'avouer, la perspective de toucher un petit pécule comme émolument de ma prestation ne me laissait pas indifférent.

Derek Ward effectue un jet de connaissance avec un seuil de 12 car la situation est en lien avec sa vocation (Savoir). Il lance 1d20 et obtient un 6. Le personnage connait Mr Dekorte et sa réputation de collectionneur excentrique. Il sait aussi qu'il est riche.
J'avais en poche les numéros de janvier et d'août du magazine The Unique Tales. J'avais envie de me replonger dans l'histoire de cet explorateur propulsé dans le temps et découvrir ce qui se cachait derrière l'intrigante couverture du dernier numéro paru qui laissait entrevoir une étrange cité peuplée de d'hommes et de femmes en tuniques légères. 

Le train part presque à l'heure. Je me glisse sur une banquette de bois vernie convenablement rembourrée. Je me rend compte en voyant les voyageurs ranger des paniers en osier au-dessus des sièges que je n'ai pas pensé à prendre de quoi me restaurer. Mon air froid n'engage personne à s’asseoir face à moi aussi je suis à l'aise pour attendre que le contrôleur passe pour vérifier les billets des voyageurs.
Derek Ward effectue un jet de chance. Il lance 1d6 et obtient 2. Il faut 40 minutes (60 - (10 x le résultat du dé)) avant que le contrôleur ne pointe son nez.
A part un voyageur manquant de savoir-vivre, je ne devrais plus être dérangé; je peux donc me plonger dans le numéro d'août de mon magazine préféré. Je dissimule habilement le dessin de la couverture représentant une femme plantureuse et je me plonge dans la découverte de leur cité antique et oubliée. Peu à peu, malgré le plaisir de la lecture, la chaleur, les soubresauts délicats des rails et le bruit apaisant du train me font glisser peu à peu dans une douce torpeur.
Derek Ward effectue un jet de sauvegarde de VOL (12). Il lance 1d20 et obtient 19. L'historien s'endort avec sa lecture en main.
Une corne de brume m'éveilla brutalement. J'avais l'esprit embrumé et le corps pris dans une vase gluante. Je sentais encore la douleur occasionnées par les griffes de la créature immonde  que j'avais affronté à grand peine pour protéger Mila la grande prêtresse de la cité. Le brouhaha des voyageurs me tira rapidement de la brume où nageait mon esprit. Je m'étais endormi et j'étais tombé dans un rêve provoqué par ma lecture. Je mis longtemps à me remettre tant le douleur était présente ainsi qu'une sensation extrêmement désagréable d'être épié malgré la barrière du rêve. Personne ne me fixait du regard aussi j'étais convaincu que je n'avais pas hurler dans mon sommeil car en me réveillant j'étais terrifié par ce que j'avais vécu dans mon rêve.

Deux heures après, j'arrivais à la gare de Gorham où normalement un chauffeur devait m'attendre et m'emmener au manoir Dekorte.

jeudi 1 août 2019

Into My Odd : Derek Ward

Derek Ward est enseignant au département d'histoire du College of Liberal Arts and Sciences de l’université du Maine située à Orono. Il a obtenu un titre de professeur agrégé depuis peu grâce à deux ouvrages qui font autorité sur l'histoire des îles britanniques aux VIII et IXe siècles. Il espère pouvoir obtenir un titre de professeur titulaire mais le parcours sera long et semé d’embûches car la concurrence est rude. Derek aime son travail, aime ses recherches et apprécie plus que tout son voyage annuel dans les îles britanniques qui maintenant est financé par l'université.

Derek vit à dans la petite bourgade de Bradley à une dizaine de miles de l'université. Il occupe la petite maison familiale avec vue sur le fleuve Penobscot. Un vieux couple qui servaient déjà ses parents continuent à s'occuper de sa maison. Âgé de 39 ans, l'historien vit seul même s'il entretien une liaison avec Milicent Small, une secrétaire de l'université plus jeune que lui. La jeune femme avait été séduite par l'aspect européen et mystérieux de Derek et le professeur quant à lui était sous le charme de cette rousse qui lui rappelait les femmes des îles au nord de l'Ecosse.

Derek Ward cultive une apparence modeste mais soignée. Ses cours sont précis et vivants grâce à de nombreux exemples de terrain issus de ses voyage mais ses étudiants lui reproche son manque de chaleur. Derek cache sa seule passion en dehors de l'histoire, un amour immodéré pour la littérature pulp et notamment celle qui parle de ruines cyclopéennes et d'hommes du présent projetés dans un passé antédiluvien.  Lors de ses visites sur le terrain britannique, Derek a été confronté à des histoires étranges et dérangeantes mais il les a mis sur le compte du folklore local.