mardi 12 octobre 2010

[Dragon Age] Intersession 3/4 (3)

L'entrée théâtrale d'Anna, infirmière bénévole, surprit peu de temps le nain, l'elfe et l'alvar. Elle semblait fébrile ce qui inquiéta un instant le groupe.

Roshek entrepris d’aller voir le mage pour l’inviter à se joindre à leur voyage. Phalos lui emboita le pas, puis après quelques secondes d'hésitation, Arcill suivit ces deux compères vers la grange aux soins. Une fois sur place, les trois personnages trouvèrent le mage au sol maintenu par un villageois costaud. Sœur Eoni était à genoux en prière. Avec l'arrivée des trois amis de Rylan, Eoni se redressa en souriant tristement.
- Tristan, relèves notre guérisseur.
L'ancien terrassier devenu brancardier et aide-soignant par hasard releva un mage balbutiant une phrase à peine audible. Rylan semblait absent. Roshek s'approcha avec prudence car la présence d'un poignard sur le sol rendait la situation suspecte. Devant l'attitude prudente du nain, Sœur Eoni expliqua alors que le mage avait essayé de se tuer avec un couteau. Le nain continua son approche prudente, finalement le mage maintenu par Tristan semblait peu dangereux.
Tristan

- Mon cher Rylan, nous avons passez de terribles moments et des aventures douloureuses, surtout vous... Il serait bon que vous vous changiez les idées, ne croyez vous pas ?! Nous remontons au nord avec notre compagnie, et il serait agréable de vous compter à nos côtés. Je gage que vous ne pourrez que découvrir des choses nouvelles qui augmenterons votre savoir et vos connaissances. Vous avez fait ce que vous avez pu pour le village, et vous pouvez donc le quitter sans remord. Vous comme moi devons laisser derrière nous ls traces de notre passé pour voir plus loin.
Devant l'absence de réaction du mage, Phalos s'approcha à son tour. Arcill avait la main sur son arme et observait avec attention  le terrassier.

- Je suis du même avis que Rohek, continua Phalos qui regardait le mage dans les yeux en le suppliant. Rylan vous avez vu trop de sang ces derniers temps il faut que vous partiez avec nous. D'autres horizons s'ouvrent à nous, de nouvelles connaissances s'offrent à nous. Venez ! de belles choses nous attendent.... 
L'elfe n'eut pas plus de succès. Les mots semblait ne rien évoqué au mage encore que ses yeux parfois semblaient prendre vie. Délaissant son arme, Arcill regarda le jeune mage avec sympathie.
- Roshek et Phalos ont raison. Viens avec nous Rylan, l'union fait la force et je serai content d'avoir un mage de ton talent comme compagnon. Je pense moi aussi qu'il est temps que tu débutes un nouveau chapitre de ta vie...et je serai là pour t'assister si tu le souhaites, dit le jeune Alvar en souriant.
- La dernière fois que je l'ai trouvé dans cet état je lui ai administré une claque pour le sortir de sa torpeur. Mais il est devenu un autre, comme un étranger, froid. Lorsque la mère du petit l'a remercié en faisant de lui un sauveur, il est devenu comme fou. Je sais de source fiable que ce jeune homme a subit dans le passé de très graves traumatismes. Je pense que les évènements récents n'ont pas amélioré son état. Après la mort tragique de son père, Rylan s'était ouvert à Mère Miri. Mais sa mort récente a bouleversé le peu d'ordre qu'il avait remis dans sa vie.
La soeur fit une pause, essuya une larme et sortit une fiole de sa poche.
- J'ai mis de côté cette fiole qui efface la mémoire récente avec une petite dose. Peux-être qu'avec une dose plus forte, Rylan sera capable de reprendre le dessus et de tirer un trait sur son passé.
Arcill fit un geste brusque mimant une claque magistrale.
- Certes, reprit Eoni, la gifle a eut une première fois un effet mais a provoqué un autre. Cela ne l'a pas soigné. Je ne vous cacherai pas que lui faire ingérer la fiole dans son intégralité est risqué mais avons-nous le choix ?
- Par ailleurs, dit la femme en rougissant, j'ai consulté en secret le carnet d’Hostwaine sans trouver d'autres potions pouvant aider notre ami.

Roshek regarda la soeur avec attention cherchant l'embrouille ou un sens caché derrière sa proposition de faire boire à Rylan une potion. Phalos pris le nain par l'épaule et les deux se dirigèrent vers Arcill qui avait repris sa posture de surveillance. Les trois hommes avaient une décision à prendre.

Phalos se décida à prendre la parole.
- Je ne suis pas très amateur de potion et de magie. Mais cette mixture a déjà fait ses preuves sur certains habitants…..Mais delà à forcer la dose, je reste septique. Qu’en pensez-vous, vous autres ?- Qui ne tente rien n’a rien ! Il faut bien aider ce pauvre Rylan, reprit Roshek en désignant le mage.
- C’est sur, mais si il ne se souvient plus de nous. On aurait l’air fin….non ?
- Est ce si important ? L’essentiel est bien qu’il retrouve un goût de vivre.
~°~

Arcill, tout en surveillant sœur Eoni du coin de l'œil, s'adressa à ses deux compagnons à voix basse.
- Je ne suis pas dans ce village depuis assez longtemps pour connaître cette sœur Eoni. Est-ce une personne à qui l'on peut se fier ? Je suivrai votre avis sur ce sujet mais je peux vous dire que je n'apprécie pas que l'on fasse boire une potion à notre ami sans son consentement. Si cela ne tenait qu'à moi, je prendrai la potion et j'emmenerai Rylan avec nous en espérant qu'il retrouvera rapidement ses esprits et cela sans avoir à lui faire ingurgiter une quelconque mixture.

Roshek expliqua à voix basse que Soeur Eoni était une brave femme dévouée et dénuée de malice. Du moins c'est toujours ce que lui avait expliquait sa mère. Phalos acquiesça en hochant la tête. Arcill d'un signe fit remarquer que la sœur les regardait et essayait d'attirer leur attention.

- Si je puis vous déranger, dit Soeur Eoni voyant qu'on avait remarqué son envie de parler, je dois vous indiquer que la fiole dont je dispose contient l'équivalent de 8 doses. Rylan me faisait administrer une dose aux villageois qui avaient envi d'en finir avec la vie à cause de la mort d'un proche. Chaque dose a eu pour effet de leur faire oublier l'attaque du village et les horreurs vues ou subies.
La soeur fit une pause en soupirant.
- Que souhaitez-vous que je fasse ou ne fasse pas ? je suivrai votre décision.

Que décident Arcill, Phalos et Roshek ?

L'elfe soupira
- Voir le village dans cet état a été a mon sens la goutte d’eau qui à fait déborder le vase. Une dose me semble raisonnable pour commencer. Non ? soupira l'elfe.
L'alvar approuva la remarque de l'elfe d'un signe de tête, puis croisa les bras en regardant avec insistance Roshek.
- Ce sera insuffisant je le crains car voici longtemps que notre ami est affecté par le sort et qu’il vit dans un enfer intérieur permanent. 4 doses me paraissent indispensables ! On ne soigne un traumatisme aussi durable et puissant sans avoir à frapper fort.


Texte de Michel, Alain, Alain et Pascal

Aucun commentaire: