vendredi 15 janvier 2016

Intersession 30-31

Les inquiétudes du commandant Lorenz Eunni

Le commandant Lorenz Eunni, le front soucieux, réunit les sauveurs dans la salle du conseil.

"Il y a 300 ans, après la défaite de Grave et de ses hérétiques, la Tour de Fer construite par les paladins rebelles de l’autre côté de la vallée au sud des Montagnes du Sang du Saint, a été rasée et une crypte a été construite sur les ruines de la tour.

Pour surveiller la construction de la crypte, une petite abbaye a été établie juste à côté de la crypte accueillant plusieurs générations d’un ordre mystique nommé les Moines du Saint qui vénèrent Aristemis, la déesse de la Stratégie dont la Claire Pensée mène à la Connaissance. Cet ordre est composé de prêtres et de moines. Trois caveaux inexpugnables ont été construits dans la crypte. Ils avaient trois fonctions : accueillir les corps des paladins hérétiques ; servir de bibliothèque pour les ouvrages religieux prônant de fausses croyances, et enfin servir d’entrepôts pour les artefacts maléfiques et les objets maudits obtenus lors des quêtes des paladins de l’époque. Les Moines du Saint ont fait appel aux meilleurs concepteurs, magiciens, voleurs ou devins,  pour protéger les trois caveaux de la crypte et l’ouvrage a mis deux cents ans à voir le jour.

Une fois terminée la crypte et ses trois caveaux ont été scellés pour l’éternité. La confrérie des Moines du Saint est restée sur place, dans la froidure et le silence pour garder ce lieu.

Il est maintenant certain que le lieu n’est pas inviolable puisque les protections d’au moins un des caveaux ont été brisés. Il est probable que ce soit le Dévoreur qui ait libéré les paladins hérétiques."

Le commandant paladin fit une pause et reprit d’une voix grave et voilée.
- Mais qui as transformés les hérétiques en abominables nécrophages ? le Dévoreur ?

Alors que le commandant Eunni finissait de présenter la situation au groupe de personnages, l’un des paladins survivants se présenta à lui accompagné d’un homme maigre et peu vêtu par rapport au climat environnant. Lorenz Eunni reconnaissant un Moine du Saint, s’inclina devant l’homme efflanqué qui avait visiblement subi des privations et des épreuves. Ce dernier lui rendu son salut.

- Je suis Dayo, dit le moine d’une voix douce. J’arrive trop tard, le chaos a submergé le cloître. Je crains que la même chose soit arrivée à l’abbaye.

Le moine regarda dehors. Les derniers rayons du soleil entamaient leur course inexorable vers la noirceur.
- Je partirai demain matin dès que l’aube illuminera le chemin.

Le moine allait demander quelque chose au commandant Eunni mais il se ravisa. La situation du cloître était précaire. Les paladins devaient s’occuper des défunts, purifier et sanctifier les lieux à nouveaux. Eunni espérait que les prêtres de Soleth arriveraient rapidement du comptoir commercial d’Ambroshea. Il faudrait ensuite reconstruire le cloitre en espérant que les paladins de Gorhan du royaume de Morrain les aideraient bien qu’ils soient très occupés à combattre une insurrection de druides fous dans le sud.

Lorenz se tourna alors vers le groupe, son regard sombre était interrogatif. Tous comprirent que les moines et les paladins avaient encore une fois besoin de l’aide de courageux aventuriers.

Aucun commentaire: