mercredi 12 juin 2013

Session 7 : Partie 1 - Echos du passé

Aidé des nains, le mage Hurgas et ses compagnons, une douzaine d'anciens guerriers devenus artisans du fait de la pénitence du dieu Iosas, bâtirent le premier temple de la Seconde Chance. Ce lieu saint fut édifié à l'endroit même où Iosas brisa Ambition, son épée divine, avant de devenir le dieu inconnu. Le mage, ne rencontra guère de difficulté à identifier le lieu ou son dieu avait signé sa reddition. Ambition en se brisant, avait ouvert une profonde grotte, que les derniers disciples d'Iosas décidèrent de transformer en temple en attendant le retour de leur dieu. Ils aménagèrent la grotte sacrée en salles de prière et de méditation, et d'une pièce secrète protégé par la magie d'Hurgas où trône, depuis ce temps, la précieuse relique : l'Ambition brisée. Au dessus, ils bâtirent une grande habitation de deux étages qui cachait le temple aux non-initiés. Ce bâtiment fut et reste à ce jour un centre d'accueil de la communauté d'Iosas.

Pourquoi les nains aidèrent-ils cette insignifiante communauté, unique représentant  humain de l'existence du dieu inconnu ? Tous ceux qui l'ont su, ne font malheureusement plus partie du monde des vivants, et ce savoir, ils le partagèrent avec personne.

Bien des décennies plus tard, une petite ville vint s'adjoindre au temple. Celle-ci fut érigé un chef barbare nommé Wulfrun, grand aventurier, qui sous la pression de son peuple las de longues années d'errance et d'une dure vie de nomade, décida de rompre avec l'aventure pour convertir lui et les siens à un mode de vie sédentaire.

Nous présumons que Wulfrun noua des relations amicales avec les adeptes d'Iosas. En effet, la communauté qui avait acquis la maîtrise de l'artisanat, mena les chantiers qui aboutirent à la naissance de Wildsgate. Il s'en suivit une croissance de l'activité économique dans le région qui permit à la communauté et au peuple de
Wulfrun de prendre de l'essor. Ainsi naquit le premier prieuré du Nouveau Départ, celui de Malzion. L'embellie fut de courte durée.  Depuis une centaine d'années, les descendants de Wulfrun sont terrassés par un mal incurable alors que les travaux de construction de la ville n'étaient pas totalement achevés. Ils ne le furent jamais, malgré les efforts de persuasion et de diplomatie de la communauté auprès des héritiers du chef barbare. Nombreux pensent que cet état d'abandon fut l'une des tristes conséquences de la malédiction qui s'abattit sur les successeurs de Wulfrum, laissant Wildsgate aux prises de luttes politiques qui freinèrent son expansion. Le Culte, l'organe décisionnaire de la communauté, obnubilé par la reconnaissance que leur devaient les dirigeants de la ville, et quelqu'en soit les moyens et les méthodes, sinisa dans les conspirations, n'hésitant pas à mener de biens basses besognes. Le prieuré de Malzion se vit joindre un bastion de moines guerriers s'inspirant du Bras Armée d'Iosas, organisation para-militaire dont la violence et les exactions furent à l'origine du rejet d'Iosas du Panthéon.

Ce tournant, qui rapprocha la communauté de la pègre locale avec ses trafics et assassinats, causa un schisme, au sein de la communauté, mené par un prêtre membre du Culte; le père Urtin Glas. Celui-ci nous remit sur le droit chemin et instaura le retour du dogme de la Seconde Chance. Il redonna au prieuré, sa mission première : accueillir des pauvres âmes en péril, pour leur offrir une nouvelle vie à travers une reconversion vers la noblesse de l'artisanat. Le prieuré redevint un centre d'accueil et de pardon protégé par le précepte du secret, une institution de formation aux métiers de l'artisanat. Urtin prit la sage précaution de placer notre communauté à distance des seigneurs de Wildsgate dirigés par leur rêve de pouvoir. Depuis ce temps, la communauté d'Iosas se garde bien d'intervenir dans le moindre méandre de la vie de locale animée par le rythme des dangereuses conspirations.

Extrait de "Moi, Mentor du Sanctuaire de l'Ordre, ma vie"
De Maître Tryvis.

Texte de Marcapuce

Aucun commentaire: