lundi 18 novembre 2019

Feuille de personnage pour Cyberpunk Red


J'ai crée une feuille de personnage sous Excel pour les prétirés du Jump Start. Pour l'instant je n'ai repris qu'un seul archétype mais il me sera très facile de faire les autres.

vendredi 15 novembre 2019

ALIEN RPG


Quelques unes de mes plus grosses claques cinématographiques furent Alien et Aliens (et aussi un peu Alien 3 qui déconstruisait ce qui avait été mis en place dans Aliens) qui m'ont profondément marqué. J'avais même prévu de masteriser il y a de nombreuses années  le Aliens Adventure Game de Leading Edge mais cela ne s'est pas fait. Lorsque je suis tombé sur la campagne de financement de Free League pour un jeu de rôle sur Alien je n'ai pas mis longtemps à réfléchir d'autant plus que depuis que Jason le Peintre nous a fait jouer à Mutant Année Zéro, je suis devenu un fan des jeux de cet éditeur suédois. J'ai reçu mon colis cette semaine aussi je me fais un plaisir d'en parler ici.





Autant le dire de suite Alien RPG est un jeu magnifique avec des illustrations splendides et une mise en page aérée qui fait que ses 400 pages se lisent très vite. On retrouve les mécanismes de base des jeux de Free League à base de d6 et de relances qui peuvent générer des effets malencontreux : ici l'augmentation du stress qui peuvent conduire à la panique. Je trouve l'adaptation à l'univers d'Alien réussit et sans mauvaise surprise. On retrouve tous les marqueurs des films : profession (équipage, colonial marines, synthetics, ...), matériels (détecteurs de mouvement, armement, VTOL, ...), couloirs étroits, manque d'approvisionnement en air, Weyland-Yutani et globalement une ambiance oppressante et la sensation que l'espace n'est pas un endroit où il est facile de vivre.


La question que l'on peut se poser légitimement porte sur l'intérêt ludique de jouer dans un univers aussi cadré et aussi axé sur l'affrontement avec des xénomorphes. Cela risque de générer des parties qui tournent en rond et qui soient répétitives. Le jeu répond à cette inquiétude en proposant deux modes de jeu distincts.

Le cinematic play est basé sur des scénarios one shot qui imitent l'arc dramatique d'un film d'ALIEN. Conçu pour être joué en peu de séances, ce mode de jeu met l'accent sur des enjeux élevés et sur un jeu rapide et brutal. On ne s'attend pas à ce que tous les personnages-joueurs survivent. Le Alien RPG Cinematic Starter Kit sorti avant la version finale contient tout ce qu'il faut pour jouer dans cette ambiance avec un scénario cinématographique complet Chariot of the Gods. Si les joueurs veulent vivre une expérience immersive, pouvoir trahir ses camarades en toute légalité et jouer à  fond les affres émotionnels de leur personnage, ce mode est intéressant même si il y a un risque de répétitivité et à terme de lassitude.

Le campaign play est conçu pour jouer classiquement avec les mêmes personnages (tant qu'ils survivent) sur de nombreuses sessions de jeu. Des Colonial Marines, des Colons, des Space Truckers vont pouvoir explorer l'univers d'ALIEN librement, un peu en mode sandbox. Le jeu propose aussi des occupations intéressantes comme des marshalls qui permettent de proposer des scénarios à la Outland. Dans ce cadre là, les xenomorphes doivent arriver tard dans la campagne pour ne pas la transformer en chasse aux aliens (ou l'inverse). Les intrigues politiques peuvent aussi être au centre de la campagne (avec des intrigues à la The Expanse). La religion et ses cultes peut aussi avoir un rôle à jouer.


Par rapport aux films, le jeu se passe en 2183, soit 4 ans après les événements qui ont vu la destruction de la colonie d'Hadley's Hope sur LV-426 et la fermeture de la prison de Fiorina 161. Les intrigues des Corporates Members de Weyland-Yutani et la perte d'une unité de Colonial Marines ont crée une grande tension entre l'United Americas (réunion des Amériques du nord, centre et sud) et la corpo.

Le monde 2183 est en proie à la guerre froide pour la  conquête de secteurs de l'espace. Le Three World Empire, les United Americas, l'Union of Progressive Peoples et le Central Space Consortium qui réunit des corpos indépendantes des états sont les principales puissances du 23ème siècle.

Je ne suis pas chauvin mais on ne sait pas ce qu'est devenu la France.



Stay alive if you can.


jeudi 14 novembre 2019

Cyberpunk Red Jumpstart


J'éprouve depuis Mekton II (1987) une profonde attirance pour le travail de Mike Pondsmith et j'ai suivi son travail sur Cyberpunk (même si la version 3 illustrée par des Big Jims était une catastrophe) et aussi sur Fuzion et Mekton Z. Peu à peu l'éditeur est tombé dans l'oubli et j'ai été particulièrement déçu par l'abandon du kickstarter de Mekton Zero. Talsorian Games est revenu sur le devant de la scène avec The Witcher (un jeu qui a particulièrement fait couiner les tenants du jeu de rôle "moderne"...rien ne se démode plus vite que la modernité) et une nouvelle version de Cyberpunk. Paradoxalement j'ai beaucoup plus joué aux jeux FASA concurrents (Mechwarrior et Shadowrun) mais je préfère de loin les jeux de Talsorian Games. C'est donc tout naturellement que je me suis penché sur la version Red.

Le kit de démarrage Cyberpunk Red a fait sensation dans le petit monde ludique probablement en lien avec le battage médiatique de Cyberpunk 2077, le jeu vidéo d'action-RPG e développé par CD Projekt RED qui s'appuie sur le jeu de rôle Cyberpunk de Mike Pondsmith. Ce kit est disponible en pdf mais aussi en boîte (j'aime les boîtes de jeu) qui contient tout ce qu'il faut pour s'initier : livre de règles, livre du monde, scénarios, prétirés, aides de jeu, figurines en carton, cartes et dés. L'ensemble est joliment illustré avec une mise en page aérée.


Par rapport à l'édition 2020, le jeu se passe en 2045 plusieurs années après la 4ème Guerre des Corporations qui a changé la face du monde. Le jeu a été rééquilibré (l'impact de Réflexes est atténué), le combat et le netrunning ont été simplifié. Certes, cette version pour débutant peu paraître légère aux aficionados en terme de gear et cyberware mais elle a le mérite de rentrer en douceur dans le jeu et dans un genre qui peut vite noyer le meneur et les joueurs (comme Shadowrun même dans sa version d'initiation).



Le système de jeu
On retrouve ce bon vieux système Talsorian (tant imité) : 1d10+STAT+SKILL contre une difficulté fixe ou un autre jet en opposition. Le nombre de compétences a été réduit mais reste suffisamment étoffée pour différencier les personnages. On verra dans la version complète si elle n'enfle pas trop. 

En revanche à la lecture le système à l'air moins létal notamment parce que les PJ peuvent avoir des valeurs élevées en BODY. Un PJ avec 50 PV pourra absorber un tir de pistolet extra lourd à 4D6. A tester.

Côté netrunning, l'effondrement de la civilisation du net force les netrunners à se trouver à quelques mètres de ce qu'ils cherchent à hacker. Ils feront parti du run et ne resteront pas tranquille chez eux derrière un écran.


Si un jour je propose du cyberpunk à mes joueurs ce sera Cyberpunk Red même si je sais qu'ils sont majoritairement attaché à l'univers de Shadowrun. Ce ne sera pas simple, comme un run dans une corpo.